DÉMOCRATIE NATIONALE

Dossier spécial


Nos dossiers spéciaux ont pour vocation la RÉINFORMATION

La charia

2 - Des lois religieuses très controversées


Introduction

La charia a été créée par et pour des hommes dans une société dominée par le "mâle", pour justifier et consolider un esprit de conquête, de contrôle et de domination.


Un musulman est par définition la propriété d’allah, il n’a pas à se plier aux lois démocratiques


2.1 - Une loi canonique islamique

Le Coran

La charia est une loi canonique islamique régissant la vie religieuse, politique, sociale et individuelle d'un musulman. 

Il est d'usage de désigner en Occident la charia par le terme de "loi islamique" (ce terme est d'ailleurs utilisé en place de droit musulman). 

Le Coran

Dans un sens plus large, la charia désigne aussi la religion musulmane englobant trois dimensions et nommée "les trois charia" (al-sharia al-tsalatsah) :

  • la soumission (islam) ;
  • la foi (iman) ;
  • faire ce qui est beau (ihsan).

2.2 - Une loi aux origines toutes particulières... qui fut sacralisée

Les origines de la charia sont liées à une culture et à une échelle de valeurs extrêmement étrangères à celle d'une société moderne fondée sur la dignité humaine et les droits de la personne.
No Democracy Just islam

La charia est essentiellement issue de deux sources - le Coran et la Sunna (la tradition divinement guidée du prophète Mahomet.)

Il y a aussi ce qu'on appelle le fiqh ou la jurisprudence islamique, mais il y a une différence fondamentale entre la charia et le fiqh d'origine divine. 

Tandis que le Coran et la Sunna sont permanents et immuables, le fiqh est variable et peut changer avec le temps et le lieu, mais toujours dans l'esprit et les directives des deux principales sources de la charia: le Coran et la Sunna..

Les partisans de la charia la considèrent comme étant parfaite, car prétendument d'origine divine.

Ce Dieu des islamistes, est très étranger à celui des spiritualités où Dieu est présenté comme étant un souffle inspirant et humanisant plutôt qu'un maître dictant ses volontés, comme c'est notamment le cas dans l'islam.

No Democracy Just islam

2.3 - Une conception très particulière de Dieu est en toile de fond de la loi islamique

Un Dieu dominateur, préférant l'homme à la femme, aimant le musulman, détestant le non-musulman.

No Democracy Just islam

2.4 - L'émanation de la volonté d'Allah

Lapidation

La charia codifie à la fois les aspects publics et privés de la vie d’un musulman, ainsi que les interactions sociétales. Elle n’a jamais été codifiée dans un livre de lois, mais se comprend plus comme une opinion partagée par les musulmans, fondée sur de nombreuses sources. 

Les musulmans considèrent cet ensemble de normes comme l’émanation de la volonté de Dieu.

Le niveau, l’intensité et l’étendue du pouvoir normatif de la charia varient considérablement sur les plans historiques et géographiques

2.5 - Une référence de l'islamité moderne

Dans les années soixante les appels à l'application de la charia deviennent la revendication commune principale des différents mouvements islamistes. La charia est proposée comme alternative au système juridique inspiré par les européens. Elle devient un label garantissant du caractère islamique d'une société. 
Charia - femme battue

La charia demanderait, pour son introduction complète, des changements très importants dans les lois commerciales et les codes pénaux déjà mis en place.

A l'heure actuelle, son application n'est pas intégrale, mais elle est fortement présente dans la vie politique des pays islamiques.

La tendance de ces gouvernements est de s'assurer de la conformité, ou plutôt du plus petit écart possible des codes juridiques avec les principes de la charia.

La liste des pays qui s'inspirent plus ou moins fortement de la loi islamique est la suivante : 
  • Arabie saoudite ;
  • Koweït ;
  • Bahreï ;
  • Émirats arabes unis ;
  • Qatar ;
  • Oman ;
  • Yémen ;
  • Iran ;
  • Pakistan ;
  • Afghanistan ;
  • Libye. 

De plus, la charia a été introduite dans la législation de certains pays au cours du XXe siècle : au Soudan, Égypte (en tant que "source du droit"), Somalie et dans quelques États du nord du Nigeria. Le mariage civil n'existant pas en Israël, les musulmans de ce pays sont soumis au Droit musulman en ce qui concerne le statut personnel. Les derniers bouleversements dans le monde arabe laissent envisager l'allongement prochain de cette liste.

Pin It

Démocratie Nationale

© 2011 - 2018 - DÉMOCRATIE NATIONALE - Tous droits réservés