DÉMOCRATIE NATIONALE

Tribune libre


DÉMOCRATIE NATIONALE défend la liberté d'expression

Robert SPIELER

Biographie

Ancien Député, chroniqueur à RIVAROL

Âgé de dix-sept ans, Robert Spieler milite à Ordre nouveau, puis, dans les années 1970, au Parti des forces nouvelles (PFN). Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Strasbourg.

En 1981, il fonde le « forum d'Alsace », club d’opposition le plus important d’Alsace, dont il devient secrétaire général ; il organise des conférences et des dîners-débats.

En 1984, il crée Alsace renouveau, association à vocation politique. Il est candidat aux élections cantonales de 1985 dans le canton de la Gare à Strasbourg ; il recueille 8 % des voix.

Il rejoint le Front national avec l’équipe d'Alsace renouveau en 1985 et est élu député et conseiller régional sous l'étiquette du parti en 1986. Il le quitte en 1989, désapprouvant « la ligne anti-européenne » et les « pratiques népotistes » de Jean-Marie Le Pen.

Tête de liste, en 1989, de « Strasbourg d'abord » aux élections municipales, il est élu conseiller municipal et conseiller de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS). Il démissionne du Front national pour créer le mouvement régionaliste Alsace d'abord et pour participer à la création du Comité Espace nouveau.

Il est réélu conseiller régional en 1992 (2 élus d'Alsace d'abord aux élections régionales avec 6 % des voix), et en 1998 (3 élus Alsace d'abord au conseil régional). Il est également réélu conseiller municipal de Strasbourg en 1995.

En 2001, il obtient 9,2 % des voix aux municipales de Strasbourg. Il est par ailleurs vice-président de l’association de rassemblement de toutes les sensibilités identitaires « Défendons notre identité ».

En 2004, il mène la liste Alsace d'abord aux élections régionales, et fait 9,4 % des voix. La modification du mode de scrutin (la barre est portée de 5 à 10 % par le gouvernement Raffarin) ne permet pas d’avoir d’élus. Il démissionne de la présidence d'Alsace d'abord en 2006, tout en restant membre du mouvement.

En mars 2007, il reprend la présidence d'Alsace d'abord. Il se présente aux élections municipales 2008 de Strasbourg, mais ne récolte que 2,17 % des voix.

En avril 2008, il annonce renoncer à la présidence d'Alsace d'abord et s'engager au sein du Comité d’Initiative pour la Refondation au sein duquel se retrouvent des figures de la droite nationale comme Bruno Mégret. Le même mois, il participe en compagnie d'une quarantaine de cadres et d'élus de la droite nationale et régionaliste[réf. nécessaire] au lancement d'une nouvelle formation d'envergure nationale, la Nouvelle Droite populaire (NDP).

Robert Spieler milite ensuite pour le rassemblement des forces nationalistes, nationales et identitaires au sein de l'Union de la droite nationale qui regroupe déjà, outre la NDP, le Parti de la France de Carl Lang et le MNR fondé par Bruno Mégret et dirigé par Annick Martin.

Articles


Démocratie Nationale

© 2011 - 2018 - DÉMOCRATIE NATIONALE - Tous droits réservés